Slider

Leifur James, la recette miracle qui mélange électro et jazz

Pour les fans de Thom YorkeJames Blake ou encore Nicolas Jaar !

Leifur James, producteur et compositeur de downtempo, future électro/jazz et jazz contemporain.

En 2000, un producteur faisait un carton en France avec une recette à base de deux ingrédients majeurs : électro et jazz. Ainsi St Germain, via son album culte “Tourist”, allait ouvrir une voie en se révélant au grand public, à tout un pan de la culture de la nuit. Entre floraison de compilations et nouvelle mode de bars de nuit type lounge, se voulant zen, classes et légèrement décadents, le jazz ou le latino s’accompagnait dorénavant du son feutré des machines… jusqu’à perdre de sa substance en ne devenant plus qu’une simple musique d’ascenseur.

Dans ses compositions, le producteur et compositeur multi-instrumentiste Leifur James parvient à créer un nouveau plat avec ces mêmes ingrédients. Quand ses prédécesseurs cherchaient à rendre plus pop une musique exigeante, le londonien trouve ici une nouvelle harmonie et se sert des machines, non pas comme d’un gadget, mais comme d’un outil au service de sa production. Surtout, il redonne de l’importance à chacun des sons qui composent les morceaux, allant d’ailleurs chercher au dehors des atmosphères, en accompagnant par exemple sa trompette par le fracas des vagues roulant sur une plage ou le sifflement du vent… Les contrastes rythment donc ses projets, pour mieux mettre en valeur les saveurs, les mélanges et les silences.

Il y a deux ans, Leifur James marque des points avec la sortie de son premier opus, “A Louder Silence”. Ses riches influences musicales sont clairement visibles sur le projet. Encouragé par sa mère, pianiste professionnelle, il apprend à jouer du violoncelle et comprend donc les rythmes et les mélodies dont il a besoin pour créer sa musique électronique. Son successeur, un EP de remixes créé en collaboration avec des artistes émergents comme Coby Sey, Bruce et FaltyDL, reçut un accueil tout aussi favorable.

Depuis, le producteur jazz londonien a finalisé son second EP “Ritual” sorti début 2020, dont “Wise Old Man” est le premier single. L’opus est un mélange magistral de soundscapes électroniques, chants harmonieux et rythmiques dynamiques, le tout accompagné de visuels créés par Balázs Simon. Des ballades électroniques et mélancoliques avec quelques touches de violoncelle qui leur donnent un côté fantasmagorique enivrant.

>> A retrouver à l’Ancienne Belgique à l’automne prochain ! 

>> A lire aussi: Nicolas Jaar, ce producteur électro de génie

>> A lire aussi: David August, une des voix les plus fascinantes de la scène électro actuelle

Please follow and like us:

Laisser un commentaire