Slider

Népal, rappeur aussi mystérieux que talenteux

Népal, rappeur du 14e arrondissement de Paris, est décédé le 9 novembre 2019. Retour sur la carrière d’un artiste aussi mystérieux que talentueux.

Népal commence à se faire un nom au début des années 2010 au sein du collectif de la 75e Session. Rappeur et beatmaker, il est également connu sous les noms KLM et GrandMaster Splinter. En 2011, il forme le duo 2Fingz avec Doums, membre de L’entourage. Ensemble, ils sortent deux EPs: “2Fingz” et surtout “La Folie Des Grandeurs”, dont le deuxième volet était attendu prochainement. Durant sa carrière, il a notamment collaboré avec Sopico, Di-Meh, Alpha Wann et Fixpen Sill.

Figure de la scène underground parisienne, il dévoile quatre EPs entre 2014 et 2018 dont “444 Nuits” avec le morceau “Rien D’Spécial”, son plus gros succès solo. Le clip a été tourné au Japon, un pays qui le passionnait. Le grand public a pu le découvrir sur le titre “Esquimaux” de Nekfeu, ou avec Doums sur le morceau “Lucy” de Lomepal.

Aucun de ses projets n’était disponible sur les plateformes de streaming. Pourtant, ses trois EPs ont tous été téléchargés + de 50.000 fois chacun sur son site web, soit l’équivalant de trois disques d’or. En août dernier, il arrive sur les plateformes de streaming avec un best-of de ses titres avant l’arrivée imminente de son très attendu premier album.

Enigmatique, il cachait toujours son visage et dissimulait son identité. Il retranscrivait son univers sombre à travers ses prods et ses textes.
Il laisse derrière lui un premier album “Adios Bahamas” sorti aujourd’hui, le 10 janvier 2020.

“Adios Bahamas”, un album fait ‘en famille’ et personnel. Pour cet album, on retrouve forcément ses plus proches collaborateurs. Ceux avec qui Népal a déjà travaillé dans le passé, et qui sont plus ou moins liés à son collectif. Ainsi, on retrouve Nekfeu, Di-Meh, Doums, 3010 en featuring. Du côté des productions, l’artiste a travaillé avec Diabi, Epektase, Jersez, Hugz Hefner, Lrecasens et Sheldon, avec lequel il partage le micro sur le titre “Vibe”.
La musique de Népal, sur cet album, revêt une identité très personnelle, celle qui a traversé toute sa carrière. Entre questionnement existentiel et recherche artistique, le rappeur parisien y exprime une sensibilité précieuse. Tout au long de l’écoute du disque, on sent que chaque mot est posé après une grande réflexion. L’artiste n’hésite pas à chanter davantage, avec une grande maîtrise qui se rajoute à sa grande palette artistique. Népal exprime aussi un profond spleen, un sentiment qui n’a cessé de le suivre tout au tout au long de sa trop courte carrière. Écouter Adios Bahamas revient donc à un acte particulier tant l’artiste y exprime son mal-être et que celui-ci nous a quitté subitement.

Népal, qui disait n’avoir “rien d’spécial”, était et restera un talent inégalable de la scène française.

Népal’s Bash:

Please follow and like us:

Laisser un commentaire