Slider

Poétique et aérien, Abraham sort son premier EP “Tête dans les nuages”

Connu sous le nom de Tismé comme compositeur de nombreuses bandes sons pour des spectacles de danse, il est aussi auteur, rappeur, chanteur, slammeur, dj, metteur en scène, ingé-son, animateur, organisateur de soirée, membre du groupe UNNO, il est depuis 2015 le DJ de l’évènement majeur de la compagnie lilloise Art-Track: Le Hip-Hop Games Concept. Passionné par la transmission et actif dans ce domaine depuis de nombreuses années, il s’allie à Romuald Brizolier (fondateur d’Art-Track) en 2017 afin de proposer la formation Hip-Hop Games School en France, à Mayotte et au Canada.
Aujourd’hui, après cinq Beat-Tapes dédicacées aux danseurs (Mimétisme et la série Magnétisme), Abraham s’attelle à un nouveau cycle musical.

Artiste extrêmement actif, passionné de hip hop, Abraham nous dévoile une série de 5 titres personnels aux compositions épurées avec son premier EP, “Tête dans les Nuages”.

“Tête dans les nuages” est une balade à travers des créations musicales toutes aussi planantes que puissantes ! C’est à l’aide de sonorités très cinématographiques, d’une rythmique au service des mots et de beats qui nous font voyager, qu’Abraham Diallo a distillé son talent d’artiste sous une impulsion musicale de très haute volée !

Cela commence par un lait de “Nuages”, une légère brise musicale qui vient nous caresser la nuque comme pour mieux nous faire rentrer les épaules à l’intérieur. Je pénètre alors dans une observation aiguisée, inspirante qui décrypte une société composite.
Avec “Parler des gens”, il nous rappelle à notre humanité, celle qui nous définit, celle que nous partageons tous. Il nous immerge ensuite dans une plongée au sein de nos sentiments les plus intenses, les plus noirs.
Un doux frisson dans lequel nous faisons connaissance avec “Madame La Peur”.
Dans “Tête dans les nuages”, son flow, son chant et sa poésie viennent délicatement souligner une musicalité douce presque enfantine. Avec ce titre, il nous offre bisou musical qui vient nous réconforter et nous installe encore un peu plus dans son univers.
Dans “Seul”, Abraham sublime de par son style singulier. Il dessine grâce aux mots et au son notre rapport à la solitude, en y dévoilant une galerie d’émotions qui nous lie à ce sentiment universel.
“Pendant quelques heures” nous invite à une respiration poétique, aidée par un beat éphémère clôturant ainsi ce premier chapitre.

Une première proposition qui nous rassure une fois de plus sur les intentions d’un artiste, qui inscrit son œuvre dans un idéal visant à rassembler nos différences ! Abraham est l’auteur d’une expression créative qui nous touche et qui laisse jaillir en chacun de nous un flow d’émotions. – Kayz LOUM.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire