Slider

Muddy Monk, ce discret super-héros fan de rétro qui sauve la chanson française

De tout le paysage musical de la pop française (enfin, francophone, car le monsieur est suisse), Muddy Monk n’est sans doute pas le nom le plus connu. Pourtant, ce dernier mérite que l’on s’attarde un peu sur le personnage ainsi que ce qui fait sa musique, une jolie synthwave teintée de nostalgie, d’envies d’évasion(s) et de romantisme. Dans son univers musical, il n’hésite pas à mêler la poésie de la chanson française à la nostalgie lancinante des synthés. En résulte un appel à l’évasion, à l’onirisme, au romantisme et aux réflexions amoureuses.

Originaire de Fribourg, ville suisse nichée entre Lausanne et Berne, Muddy Monk a pour ainsi dire, grandi avec la musique.  Ses premiers titres, il les dévoile en 2012 sur Soundcloud. Travaillés dans un premier temps comme des productions instrumentales, il commence à donner de la voix sur le projet “Ipanema” en collaboration avec l’actrice suisse Noémie Schmidt.

Chez lui, l’aventure est un thème récurrent, si ce n’est prédominant. Alternant voyages en territoires hostiles (les enfers amoureux de “Drift”) et escapades dans les terres paradisiaques des plages de l’Ipanema, de Lagoa ou des “tendres rivages” (de “en Léa”), sa musique transporte grâce à des synthés vintages tantôt lancinants et froids, tantôt tropicaux et réconfortants. Ambiants, épiques voire étouffants, ils offrent à ses productions la saveur des plaisirs disparus.

Un goût particulier qui ne laissent d’ailleurs pas indifférents puisque le jeune suisse a depuis mis ses talents au service des rappeurs du groupe Set&Match (“Sunset”) ou du Montreuillais Ichon (“Si l’on ride”) qui l’a par la suite introduit au bon gamin Myth Syzer. De cette rencontre est née “Le Code”, hymne estival du dernier été parisien, que Monk a conclu par l’un de ses couplets romantiques et désespérés qu’il maîtrise si bien.

Prendre la route, découvrir de nouveaux horizons, fuir l’angoisse : voilà la ligne directrice et l’ambition portée par le travail de Muddy Monk. Entre poésie romantique et expérimentation sonore, il a construit sa musique comme un grand paradoxe où les rêves bleus côtoient les angoisses nocturnes et où la ride à grande vitesse s’impose comme le seul moyen d’esquiver les routines et de fuir les ténèbres qui guettent.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire