Slider

Clips de la semaine #12

Clara LucianiLa Baie

Dans un clip animé et ultra coloré, Clara Luciani repart sur la baie. Chevauchant un terrible engin graphé de ses initiales, elle traverse les paysages les plus futuristes avant de retrouver ses musiciens dans une mystérieuse galaxie aux chaleureuses couleurs du Sud. Les dauphins sont roses, l’air est orange, l’eau turquoise. Le cadre est idyllique. Spot idéal pour y laisser une carte postale signée du classique (mais toujours si tendre) “Bons baisers de”. Le clip de ce morceau, reprise en français du titre “The Bay” de Metronomy et déjà tube de l’été dernier, est réalisé par Charlie Montagut, pour qui “l’animation regarde du côté de la tradition manga, avec un twist légèrement contemplatif et une touche d’humour. L’univers graphique s’inspire de la ligne claire avec une gamme chromatique totalement imprégnée des couleurs de la Provence”. Loin de se dorer la pilule tranquillou sous le soleil rosé de la baie, Clara Luciani a annoncé qu’elle travaillait déjà sur son deuxième album et a même confirmé quelques dates de concerts pour 2021.

>> A lire aussi: Clara Luciani @ Cirque Royal

Kiana LedéCrazy.

En avril, Kiana Ledé a sorti son premier album intitulé “KIKI” avec des collaborations avec Ari Lennox, Lucky Daye, 6LACK et plus encore. Le disque a gagné sa place dans le palmarès des albums Billboard Top RnB, des albums Apple Music RnB / soul, iTunes RnB / soul et des albums Apple Music. Après son clip FaceTime “Chocolate” avec Lennox, l’artiste RnB basée à Los Angeles a travaillé le nouveau clip du morceau “Crazy”. Le visuel intime met en vedette la chanteuse sous la douche, émettant chaque parole avec passion, équilibre et puissance tout en regardant intensément la caméra. Ses voix captivantes complètent les transitions de mauvaise humeur de la vidéo alors qu’elle chante: “Vous ne savez même pas ce qui est fou / Jusqu’à ce que vous voyiez mon genre de fou.”

>> A lire aussi: Kiana Ledé, la future grande sensation RnB et alternative soul américaine

>> A lire aussi: RIMON, la néerlandaise qui secoue le monde du RnB et de la neo-soul

>> A lire aussi: Sasha Keable, l’étoile montante de la scène soul anglaise

VisceralEau Trouble

“Eau Trouble”, premier titre d’un futur EP prévu pour l’automne 2020, est une ode à la solitude et un remède aux déchirures intérieures. Ce premier titre porte haut les couleurs de ce rap d’un nouveau genre naviguant entre grunge et lo-fi, guitares et beats trap. Visceral est un collectif de 4 membres du sud de la France, tous âgés de 23 ans. Chacun ayant vécu ses propres expériences séparément entre groupe rock, beatmaking et ingénieur du son / mixeur, ils décident de commencer à écrire et composer ensemble autour des textes et de la voix de Deuza, des guitares et claviers de Yawata, des productions vocales d’o2c, s’attelant à une proposition qui réunisse leur amour pour le hip hop, le grunge et l’émo au sens très large. Posant leur camp à Toulouse, ils consacrent un an à constituer un répertoire et affiner leur proposition sonore et visuelle, épaulé sur ce point par Luca qui produit les contenus visuels. Repéré par Yodelice, le groupe signe en Mai 2020 sur son label, Spookland (Jain, Sopico, Barry Moore…).

Caballero & JeanJassFlash

Si cette Saison 3 de High et Fines Herbes aura été riche en invités, en challenges et en rigolade, elle aura tout de même vu l’Empereur Alkpote jeter l’éponge à quelques épreuves, lui valant ainsi un classement loin d’être à la hauteur de son amour pour les fines herbes. Heureusement, il s’est bien rattrapé sur le projet éponyme avec un gros morceau accompagné de ses amis Belges : “Flash”. Loin d’être leur première collaboration, le courant passe facilement entre ces 3 artistes, qui nous livrent un bon égo-trip sur une prod signée Freakey. Au niveau du clip, on retrouve Cyprien Delire & Rayan Imoula à la réalisation.

>> A lire aussi: Roméo Elvis, petit belge devenu roi du rap

>> A lire aussi: Lord Gasmique, voix grave et flow inépuisable

Great Mountain FireCAROLINE

Les vibes de Great Mountain Fire sont de retour. Porte-drapeau d’une scène instrumentale parfois mise de côté au milieu de la montée d’autres genres plus dominants comme la pop, le rap ou le hip-hop, le groupe revient avec “CAROLINE”. Great Mountain Fire nous amène des riffs de guitare et une vague de bonnes vibrations dont ils ont le secret. Malgré un côté moins mainstream, les publics belge et français ont depuis longtemps un soft spot pour les groupes instrumentaux. Le titre puise sa source dans la ville même de Bruxelles car CAROLINE représente une personnalité mythique de la ville. “Pour ne rien vous cacher, Caroline est un personnage bien connu, quasi légendaire, des rues de Bruxelles, une figure allégorique de la ville, libre, joyeuse et triste à la fois. Un homme habillé en femme, amusante et à la fois intimidante par son étrange liberté, une sorte de Cléopâtre new wave, dont on ne connaissait que le nom, transmis de bouche à oreille, et que l’on a souvent vu errer quand on était ados, mais qui semble avoir aujourd’hui disparue.” Touchés par ce personnage androgyne, les membres de Great Mountain Fire ont voulu lui rendre hommage avec ce beau single estival.

>> A lire aussi: Great Mountain Fire @ Botanique (Rotonde)

Lubiana  – Feeling Low

Lubiana dévoile son nouveau clip “Feeling Low” extrait de son premier EP éponyme sorti le 24 avril dernier. Ce titre est une ode à la vie qui peut parfois nous réserver des hauts et des bas. Son groove offre un contrepoint joyeux : “j’avais envie du côté dansant et fédérateur des concerts. La culture européenne est basée sur la mélodie. En Afrique, c’est la rythmique qui est la base de tout. C’est elle que je voulais mettre en valeur.” Son EP s’inscrit dans ce courant soul moderne, réinventé, qui court de Sade à Lianne La Havas. Il promet un voyage musical intense, pur et authentique à la rencontre de soi et des autres.

Le Fine Equipe & Gaël FayePemmican

“J’ai des visions de fin du monde.” C’est comme ça que débute le titre, fruit de la rencontre entre le talent des quatre fantastiques de La Fine Équipe et du génialissime Gaël Faye. Une musique on ne peut plus actuelle, dont le titre fait symboliquement écho à une nourriture amérindienne. Modélisé en 3D pour l’occasion dans un clip qui nous rendrait nostalgiques de la vieille époque Playstation, le franco-rwandais prête sa plume précise à la musique électronique du quatuor de Nowadays Records. Mais si les paroles peuvent sembler apocalyptiques aux premiers abords, l’auteur de “Petit Pays” nous rassure car il a “des visions d’un nouveau monde”. Venant de lui, il y a de quoi être optimiste.

La Belle VieMa Piscine (Vas-y danse !)

Tu sais, la vie est belle comme tout
Quand elle est prise par le bon bout,
Nous sommes le doux qui accompagne l’amer
Les couleurs qui manquent à l’hiver,
Rêvant des îles, là dans la ville
C’est La Belle Vie, fowil  

La Belle Vie, c’est un groupe d’amis bien ancrés dans leur chère ville de Saint-Etienne et qui incarnent le renouveau de la scène french pop actuelle. Leur pop est solaire souvent, parfois plus sombre aussi. Car c’est de cela que leur belle vie est faîte, de hauts et de bas, mais toujours avec éclat. Le groupe revient avec un nouveau morceau pop tubesque que vous devinez solaire et dansant. L’histoire d’une rencontre, un jeu de séduction sur les bords du bassin bleu – un amour d’été pour oublier un instant le temps qui passe, se laisser porter dans une romance aussi puissante qu’éphémère. Cette nouvelle chanson entêtante du quintet french pop stéphanois vous accompagnera pour un été chaud et imprévisible.

Marco MelloMellodrama

Rappeur et producteur basé à Berlin, Mello découvre le rap au milieu des années 90, lorsque sa famille quitte l’Allemagne pour Détroit, Michigan. Il se retrouve alors fasciné par les mélodies jazz et l’art du storytelling de groupes et rappeurs comme A Tribe Called Quest, Gang Starr, Nas ou encore Biggie. Ne cessant de revisiter depuis ce qu’on aime appeler le ‘classic hip hop’ ou ‘boom bap’, il se distingue par un style mêlant des beats inspirés de l’âge d’or du rap américain à des sujets ancrés dans l’actualité. “Back to Boom Bap” est son premier album et rend hommage à l’âge d’or du rap autant qu’il le revisite. L’album, parsemé de références aux titres des plus grands, se compose de chopped samples et lignes de basse rappelant les beats de DJ Premier, Pete Rock et J Dilla. Dans ses textes, Mello aborde des questions d’actualité typiques de sa génération comme la peur de l’engagement, le burnout professionnel, la masculinité toxique ou encore les politiques trumpiennes.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire